Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

Vers une coopération internationale pour vaincre la COVID-19

Vers une coopération internationale pour vaincre la COVID-19

Alors que les cas de COVID-19 atteignent le seuil des 40 millions et plus d’un million de décès à travers le monde, les efforts s’intensifient pour développer un vaccin et contenir la propagation de la pandémie.

Des efforts acharnés entrepris pour développer un vaccin

Étant donné que la pandémie continue de causer des ravages à un rythme soutenu, les principaux pays du monde travaillent à la mise au point d’un vaccin en injectant des millions de dollars dans la recherche médicale ou en concluant des accords avec des fabricants potentiels de vaccin pour immuniser leurs populations. Toutefois, les pays développés ont annoncé que leurs citoyens seront prioritaires une fois qu’un vaccin sera trouvé, ce qui laisse les pays en développement à la merci de cette maladie mortelle.

L’OMS donne un avertissement sévère !

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a donné un avertissement sévère car les plans des pays développés pour stocker des vaccins plutôt que de les partager risquent de compromettre les efforts visant à enrayer la pandémie. L’OMS avait fixé la date limite du 31 août pour que les pays riches adhèrent au mécanisme « COVAX Global Vaccines Facility » et partagent les vaccins candidats avec les pays en développement. Le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom, a indiqué qu’il avait envoyé une lettre aux 194 États membres de l’OMS, les incitant à participer.

Qu’est-ce que le COVAX ?

Le mécanisme COVAX constitue un élément clé du pilier COVAX (COVAX) de l’accélérateur d’accès aux outils contre la COVID-19 (ACT), une collaboration mondiale révolutionnaire visant à accélérer le développement, la production et l’accès équitable aux tests, traitements et vaccins contre la COVID-19.

Jusqu’à présent, le mécanisme COVAX a suscité l’intérêt de 92 pays en développement qui espèrent des dons volontaires et de 80 pays riches.

Tedros a récemment déclaré : « Nous devons prévenir le nationalisme vaccinal. Le partage stratégique et mondial des ressources limitées est en fait dans l’intérêt national de chaque pays ».

L’appel passionné de Tedros pour que les nations participent au COVAX intervient alors que l’Union européenne, la Royaume-Uni, la Suisse et les États-Unis concluent des accords avec des entreprises testant des vaccins potentiels. La Russie et la Chine travaillent également sur des vaccins et l’OMS craint que les intérêts nationaux ne puissent entraver les efforts mondiaux.

Approche « Ma nation d’abord »

Harvard Business Review a indiqué qu’au lieu de travailler ensemble pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie mondiale, un nombre croissant de pays adoptent une approche « Ma nation d’abord » pour développer et distribuer des vaccins potentiels ou d’autres traitements pharmaceutiques.

Implications pour les pays les moins avancés

Les pays les moins avancés sont déjà aux prises avec les répercussions néfastes de la pandémie qui a bouleversé la vie et les moyens d’existence des populations dans une large mesure. Des rapports ont révélé que la pandémie mondiale pousse environ 40 à 60 millions de personnes dans l’extrême pauvreté.

L’Organisation des Nations Unies a signalé que la Covid-19 risque de réduire les progrès accomplis en matière de développement durable par les pays les moins avancés (PMA) au cours des dernières décennies. « Tout obstacle supplémentaire signifie que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ne sera probablement pas atteint sans une réponse politique de grande envergure. Ce document de politique générale passe en revue certains des principaux impacts sanitaires, sociaux et économiques de la Covid-19 sur les PMA et formule une série de recommandations politiques », a prévenu l’organisme mondial.

Effort international collectif pour lutter contre la maladie

Le nationalisme vaccinal n’aura aucun effet simplement parce qu’aucun pays ne sera immunisé face à la maladie si les autres ne le sont pas. C’est une équation simple. Les grands pays du monde doivent reconnaître qu’aider les pays en développement avec le vaccin n’est pas un acte magnanime, mais répond plutôt à l’intérêt collectif du monde. Il doit y avoir un effort collectif et collaboratif pour lutter contre ce virus mortel au lieu d’individualiser un problème qui a affecté toutes les régions du monde.

4P International

Découvrez le soutien de 4P International au secteur public

Related posts