Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

La résilience est le mot clé de la réussite de l’entrepreneuriat en Afrique

La résilience est le mot clé de la réussite de l'entrepreneuriat en Afrique

Les nombreux succès d’entrepreneurs résilients africains sont inspirants, car nombre d’entre eux ont lancé leur start-up à partir de rien et sans héritage. Autrement dit, ils ont eu des débuts très modestes.

Une lueur d'espoir

Selon la Banque africaine de développement, 22% des personnes en âge de travailler en Afrique créent des entreprises, ce qui représente le taux d’entrepreneuriat le plus élevé au monde. Le continent est un centre économique prometteur avec une population jeune et en croissance rapide.

L'entrepreneuriat continue de prendre de l'ampleur

L’entrepreneuriat continuera d’augmenter en Afrique, les experts prévoyant que le continent aura besoin de 122 millions de nouveaux emplois d’ici 2022.

Un chemin parsemé d’obstacles

Les entrepreneurs africains se heurtent à de nombreuses difficultés pour monter une entreprise, ce qui décourage certains aspirants à se lancer dans les affaires. Certains Africains ont des idées d’entreprises extrêmement brillantes, mais ils renoncent à créer une société faute de capitaux. Par ailleurs, l’optimisation du capital peut également poser un défi. La BBC a rapporté qu’en 2017, 560 millions de dollars avaient été investis dans des start-ups africaines, l’Afrique du Sud recevant 30% du financement, le Kenya 26% et le Nigéria 20%. Au moins 87 % du financement a été dirigé vers des entreprises technologiques pour développer de nouveaux services en ligne, mobiles et financiers. Toute cette innovation vient des 442 pôles technologiques basés sur tout le continent. De même, l’Afrique a reçu plus de 300 millions de dollars de financement pour ses startups technologiques, et l’année suivante, ce montant est passé à 400 millions de dollars.

Le rapport 2017 « Perspectives économiques en Afrique » a listé les problèmes connus qui paralysent les petites entreprises. Celles-ci sont limitées par l’accès au financement, un accès instable et coûteux à l’électricité, l’instabilité politique, les taux d’imposition élevés, la corruption et les réglementations douanières et commerciales.

Résilience

Un nouveau rapport, « Construire une Afrique innovante et résiliente », a été publié par Djembe Consultants en partenariat avec AfriLabs, le plus grand réseau panafricain de centres technologiques et d’innovation. Le rapport évalue l’impact de la COVID-19 sur les jeunes innovateurs et entrepreneurs du continent. Il donne le point de vue d’experts du secteur sur la manière dont les décideurs africains des secteurs public et privé peuvent accélérer le soutien à toutes les étapes de l’innovation, notamment l’éducation, l’inclusion, les investissements, les politiques, et la recherche et le développement. Il a vu le jour lors d’une table ronde au 5ème rassemblement annuel virtuel d’AfriLabs.

Selon Entrepre-news, le rapport est le résultat d’une enquête menée auprès de plus de 1 000 innovateurs, entrepreneurs et start-ups panafricains issus des vastes réseaux d’innovation et d’entrepreneuriat de Djembe et d’AfriLabs.

Le soutien des gouvernements est essentiel

Les gouvernements africains ont un rôle déterminant à jouer dans la création d’un environnement propice à la croissance des entreprises et à l’entreprenariat sur le continent. Les mesures nécessaires pour relever les défis des entrepreneurs comprennent, surtout, la construction d’infrastructures physiques adéquates, telles que la fourniture d’un approvisionnement en électricité suffisant, la garantie de l’état de droit et la lutte contre la corruption qui fait généralement fuir les investisseurs potentiels.

En avril 2018, la Tunisie est devenue le premier pays africain à adopter une loi connue sous le nom de « Startup Act ». Cette loi tunisienne sur les startups a été promulguée par le parlement après deux années de délibérations et de consultations avec les leaders locaux de l’écosystème des startups. D’autre part, le Sénégal est devenu le deuxième pays africain après la Tunisie à adopter une loi sur les start-up au Sénégal, qui vise à favoriser les effets d’entraînement de l’innovation sur l’économie nationale conformément à la stratégie « Sénégal numérique 2025 ».

Succès

Malgré les défis qui se trouvent sur la voie de l’entrepreneuriat en Afrique, les entrepreneurs du continent continuent de rester résilients et persévérants, entraînant des réussites innombrables.

4P International

4P a à cœur de promouvoir et soutenir les marchés émergents

Related posts