Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

Comment maintenir les petites entreprises à flot malgré la COVID-19 ?

Comment maintenir les petites entreprises à flot malgré la COVID-19 ?

Il est incontestable que la COVID-19 a eu un impact considérable sur tous les aspects de la vie et des moyens d’existence des populations. Le secteur privé est parmi les plus durement touchés, en particulier les petites entreprises qui ont subi d’énormes pertes à la suite des confinements partiels et totaux plus tôt cette année, alors que les gouvernements s’efforçaient de contenir la hausse des cas de coronavirus. En conséquence, les entreprises n’ont pas pu fonctionner normalement, ressentant ainsi les contrecoups économiques de la pandémie mondiale. En revanche, certaines entreprises ont numérisé leurs opérations et services, ce qui les a aidées à survivre, contre toute attente.

Les petites entreprises accablées

Les propriétaires de petites entreprises s’inquiètent de plus en plus de ne pas pouvoir être en mesure de se rétablir, même lorsque nous sortirons de la pandémie, compte tenu des dégâts considérables qu’ils ont déjà subis. De nombreuses petites entreprises auront encore besoin de programmes massifs de relance pour se maintenir à flot.

Enquête

Pour évaluer l’impact de la COVID-19 sur les petites entreprises, PNAS, l’une des revues scientifiques multidisciplinaires les plus citées et les plus complètes au monde, a mené une enquête auprès de plus de 5 800 petites entreprises entre le 28 mars et le 4 avril 2020. Les résultats suggèrent que la pandémie avait déjà provoqué d’énormes bouleversements parmi les petites entreprises quelques semaines seulement après son apparition et avant la mise à disposition, aux Etats-Unis, de l’aide gouvernementale par l’intermédiaire de la loi CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act). Sur l’ensemble de l’échantillon, 43% des commerces avaient temporairement fermé, et presque toutes ces fermetures étaient dues à la COVID-19.

D’après l’enquête, les personnes interrogées qui avaient temporairement fermé leurs portes ont largement fait remarquer que la baisse de la demande et les problèmes de santé des employés étaient les raisons de leur fermeture, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement étant un facteur moins important. En moyenne, les entreprises ont déclaré avoir réduit leurs effectifs de 39% depuis janvier. La baisse a été particulièrement marquée dans la région médio-atlantique (qui comprend New-York), où 54% des entreprises ont été fermées et l’emploi a reculé de 47%. Les répercussions ont également varié d’un secteur à l’autre, les entreprises de vente au détail, d’arts et de divertissement, de services à la personne, de restauration et d’hôtellerie déclarant toutes des baisses d’emploi de plus de 50% ; par contre, les entreprises liées à la finance, aux services professionnels et à l’immobilier ont subi moins de perturbations, car ces secteurs étaient mieux à même d’évoluer vers la production à distance.

Un sentiment d'optimisme

Dans ce contexte, une étude de la banque canadienne CIBC révèle que la majorité (81%) des propriétaires de petites entreprises canadiennes affirme que la COVID-19 a eu un impact négatif sur leurs opérations, et que beaucoup (32%) s’inquiètent de la viabilité de leur entreprise pour l’année prochaine. Cependant, l’optimisme pour le long terme reste élevé et la plupart des propriétaires d’entreprise (76%) sont convaincus de pouvoir rebondir après la crise. La majorité (85%) s’accorde pour dire que l’incertitude concernant la durée des mesures COVID-19 est actuellement la plus grande difficulté à gérer.

Plans de sauvetage

Alors que les petites entreprises continuent de faire face aux répercussions considérables de la COVID-19, les gouvernements doivent mettre en œuvre des plans de sauvetage concrets pour les aider à se relever non seulement à court terme mais aussi à long terme, bien après la fin de la pandémie. Faute de quoi, davantage d’entreprises feront faillite, aggravant ainsi une situation déjà désastreuse. Les gouvernements, à cet égard, peuvent instaurer des prêts sans intérêt pour les petites entreprises et les organisations à but non lucratif. La leçon à retenir ici est que, même si le soutien des gouvernements est une nécessité, les entreprises doivent passer au numérique pour enrayer les pertes colossales qu’elles ont subies à cause de la pandémie.

4P International

Découvrez le soutien de 4P International au secteur public

Related posts

Need Help? Chat with us