Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

Les marchés émergents restent optimistes malgré les difficultés

Les marchés émergents restent optimistes malgré les difficultés

Le pétrole et l’économie ont été étroitement liés dès l’exploration pétrolière. Le pétrole est devenu la première source de revenus et le principal moteur économique de nombreux pays d’Asie et d’Afrique. Ainsi, la fluctuation ou la baisse des prix du pétrole ont affecté les économies émergentes du Sud qui dépendent principalement des revenus pétroliers, avec des répercussions sociales et politiques. Il semblerait que les pays d’Afrique subsaharienne, d’Amérique latine et du Moyen-Orient risquent d’être le plus touchés car ils sont exportateurs de pétrole. En revanche, l’Asie et l’Europe centrale et orientale en tireraient parti, car elles sont les principales importatrices lorsque les prix du pétrole sont au plus bas. Cela a mis un frein aux attentes en matière de croissance économique.

Le ralentissement des économies

Le développement économique est entravé par la baisse des prix du pétrole. Les pays vulnérables auraient besoin d’un soutien financier afin de réaliser des programmes économiques en vue du développement des infrastructures nécessaires. Des pays tels que le Nigéria ont besoin d’une forte participation des investisseurs étrangers qui peuvent avoir une influence directe sur la valeur de leur monnaie. Les pays riches en pétrole avaient donc été obligés de réduire dans un premier temps leur production pétrolière, mais ils ont ensuite abandonné cette position, faisant plonger les prix du pétrole à leur plus bas niveau. Les grandes ambitions de reconstruction des économies ont été suspendues dans les pays émergents. La reprise prendra du temps tandis que le monde sera confronté à cette crise pendant des générations.

Conséquences sociopolitiques

Les répercussions sociales et politiques de la baisse des cours du pétrole sont réelles, car le pétrole est la première source de survie économique de nombreux pays exportateurs. Si les prix baissent, cela impactera inévitablement tous les secteurs de la société : la santé, l’éducation, les services sociaux et la construction d’infrastructures en souffriront tous. Les pays qui attirent les expatriés commenceraient à se replier sur eux-mêmes, créant ainsi directement et indirectement des tensions entre nationaux et étrangers. Les possibilités d’emploi dans les secteurs dominés par la main-d’œuvre étrangère deviendraient restreintes et surchargées.

Vue globale

La chute des prix du pétrole a durement touché la coordination entre les pays de l’OPEP au sujet de l’offre et de la demande. Divers pays ont abordé la question d’une manière qui reflète leur propre situation économique et politique. Toutefois, il fallait des efforts plus coordonnés pour s’attaquer au problème compte tenu des enjeux mondiaux.

Opportunités et défis

La baisse historique du prix du pétrole peut créer des opportunités et des défis. La principale option est le besoin de réorganiser des politiques économiques qui soient concrètes et durables. Cela nécessite que les pays les plus vulnérables diversifient leurs économies plutôt que de dépendre entièrement des revenus pétroliers. L’un des principaux défis réside dans la fragilité des économies qui a été mise en évidence, ainsi que les moyens d’y remédier. L’autre défi est de savoir comment coordonner les politiques pétrolières nationales et internationales pour faire face à ce type de choc. La volatilité des prix du pétrole a incité les pays qui en sont fortement tributaires à réfléchir à des stratégies de diversification. Le manque de diversification des sources de revenus rend un pays vulnérable aux chocs économiques liés à la volatilité des prix des matières premières.

Les pays africains dépendants du pétrole, en particulier, sont confrontés à de graves risques en raison de leur forte dépendance aux pétrodollars, d’où la nécessité de sortir des sentiers battus pour mettre en œuvre un programme de diversification efficace.

Aller de l'avant

Les pays riches en pétrole devront revoir leurs politiques économiques pétrolières dans une perspective plus large. Ils devront diversifier leurs économies dans la mesure du possible, au lieu de dépendre uniquement du pétrole, et explorer d’autres voies telles que l’industrialisation, la fabrication, l’information et les technologies. La plupart des pays émergents ont été fortement tributaires de la consommation, mettant de côté les aspects de la production. Le rattachement des monnaies nationales des pays pétroliers au dollar pourrait prendre fin. Une profonde introspection serait nécessaire quant au besoin de renforcer la coopération régionale à tous les niveaux de l’économie.

4P International

s'engage à aider les gouvernements à sélectionner et à mettre en œuvre les meilleures solutions à la meilleure valeur possible

Related posts

Need Help? Chat with us