Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

Les pays arabes du Golfe vers l’unité et la solidarité

Les pays arabes du Golfe vers l'unité et la solidarité

La ville historique saoudienne d’Al-Ula a accueilli le 41e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 5 janvier 2021, avec la participation de l’Émir du Qatar, un jour après que Riyad et Doha ont annoncé la réouverture de l’espace aérien et des frontières terrestres et maritimes entre les deux pays après trois ans de fermeture.

Dimension historique

La décision d’organiser le sommet dans la cité antique est hautement symbolique. Située dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, Al-Ula est connue pour ses structures rocheuses et ses gravures rupestres anciennes. La ville est située le long de l’ancienne route commerciale reliant la péninsule arabique, la Syrie et l’Égypte. Elle abrite des dizaines de vestiges datant de 900 av. J.-C.

Déclaration d'Al-Ula

Lors d’un sommet décisif qui s’est tenu au Maraya Concert Hall dans la ville historique, présidé par le Prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, les dirigeants ont signé le communiqué final, intitulé la « Déclaration d’Al-Ula ».

Ce communiqué indique que les dirigeants du CCG poursuivront la marche vers l’unité et la coopération pour défendre leurs intérêts communs au service de leurs peuples, et consolider la sécurité et la stabilité dans la région.

Le sommet confirme la solidarité

À cette occasion, le Prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a déclaré que le sommet « confirme la solidarité dans les pays du Golfe et le monde arabe et islamique, et renforce les liens d’amitié et de fraternité entre nos pays et nos peuples, afin de servir leurs espoirs et leurs aspirations ».

Le prince héritier d’Arabie saoudite a ajouté : « Nous avons aujourd’hui un besoin urgent d’unir nos efforts pour promouvoir notre région et faire face aux défis qui nous entourent. »

Un nouveau départ

Le sommet a été précédé par l’annonce de la réouverture de l’espace aérien saoudien et des frontières avec le Qatar, ce qui était considéré comme le signe d’une réconciliation imminente dans le Golfe après une crise qui a duré plus de trois ans.

Des efforts louables

Le 4 décembre, le Koweït a annoncé, dans un communiqué, que des « discussions fructueuses » se tiendraient au cours de la dernière période, dans le cadre des efforts de réconciliation dans le Golfe menés depuis 2017, tandis que le Qatar a qualifié la déclaration koweïtienne d’« étape importante ».

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Cheikh Ahmed Nasser Al-Sabah, a affirmé que les parties engagées dans les pourparlers de réconciliation du Golfe ont exprimé leur attachement à la stabilité du Golfe et des pays arabes, et sont parvenues à un accord final qui répondrait à leurs aspirations communes concernant la solidarité durable et la réalisation de ce qui est bénéfique pour leurs peuples.

Compréhension et solidarité

En marge du Sommet, le Prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’est entretenu avec l’Émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, au Maraya Concert Hall dans la ville historique d’Al-Ula.

« Au cours de l’entretien, ils ont passé en revue les relations bilatérales entre les deux pays frères et les moyens de renforcer l’action commune dans le Golfe », précise le communiqué.

De façon générale, les observateurs espèrent que le sommet inaugurera une nouvelle ère de compréhension mutuelle et de solidarité entre les États du Golfe et renforcera davantage les liens fraternels existants. La réconciliation entre les États du Golfe devrait certainement avoir un impact positif au niveau régional et bénéfique pour le monde entier.

Related posts

Need Help? Chat with us