Scroll to top
© 2020, COPYRIGHT 4P INTERNATIONAL LTD IDE CHE-141.594.187
en fr

L’ambitieux accord commercial de l’Afrique entre en vigueur

L’ambitieux accord commercial de l’Afrique entre en vigueur

L’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est finalement entré en vigueur le 1er janvier 2021, reflétant la détermination des dirigeants africains à faire évoluer la situation des relations commerciales intra-régionales. L’accord réalise les rêves et aspirations nourris par les pères fondateurs de l’organisme continental pour parvenir à une plus grande unité, intégrité et solidarité.

Avantages de l’accord

Selon Brookings, l’Accord sur la ZLECAf engage les pays membres à supprimer les droits de douane sur 90% des marchandises, à libéraliser le commerce des services et à s’attaquer à de nombreux autres obstacles non tarifaires. S’il est mis en œuvre avec succès, il créera un marché africain unique de 1,2 milliard de consommateurs, avec un PIB total de plus de 3 000 milliards de dollars. Cet accord fera de l’Afrique la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce.

Adoption de l’accord en décembre

Le lancement de l’accord de libre-échange a été décidé lors d’une réunion virtuelle de la 13e session extraordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA) sur la ZLECAf, qui s’est déroulée le samedi 5 décembre 2020 sous la présidence de Cyril Ramaphosa, président de la République d’Afrique du Sud et président de l’UA. Ainsi, les pays africains supprimeront toutes les barrières et commerceront entre eux, créant un fort pouvoir de négociation pour présenter un front uni et négocier de meilleurs accords sur le marché mondial. Selon le président Cyril Ramaphosa, la ZLECAf stimulera le commerce intra-africain, favorisera l’industrialisation et la compétitivité, et contribuera à la création d’emplois. Elle libérera des chaînes de valeur régionales qui faciliteront l’intégration effective de l’Afrique dans l’économie mondiale.

La ZLECAf améliorera également les perspectives de l’Afrique comme destination d’investissement attractive. Elle contribuera à renforcer l’émancipation des femmes africaines en améliorant leur accès aux opportunités commerciales, en facilitant leur liberté économique et en augmentant la capacité de production des pays.

Une étape importante

Pour sa part, M. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, s’est félicité de l’étape franchie dans la mise en œuvre de la ZLECAf. Il a déclaré que c’était la concrétisation du rêve longtemps formé par les pères fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), qui ont toujours souhaité créer un marché commun africain.

Détermination à réaliser l'intégration économique

Moussa Faki a rappelé que, pour que ce rêve devienne enfin réalité, ce projet continental a dû passer par plusieurs étapes. Tout a commencé avec la signature en 1991 du Traité instituant la Communauté économique africaine (CEA), suivie par la signature de l’Accord portant création de la ZLECAf en mars 2018 à Kigali, au Rwanda, où 44 pays ont signé l’accord. C’est avec une grande satisfaction qu’en un temps record, 34 pays ont ratifié l’instrument juridique sur la ZLECAf. Le président de la CEA a déclaré que cela montrait la détermination des États membres à réaliser rapidement l’intégration économique du continent.

S’exprimant depuis le siège du secrétariat de la ZLECAf à Accra, au Ghana, le secrétaire général de la ZLECAf, Wamkele Mene, a souligné que l’intégration de 55 marchés ne serait pas facile, mais qu’abandonner n’était pas une option.

Grandes attentes

Avec l’entrée en vigueur de l’accord, les espoirs sont grands que l’Afrique soit vouée à une transformation sans précédent qui changera la vie de millions de ses citoyens pour les générations à venir.

L’avantage concurrentiel dont jouit l’Afrique est observé attentivement par les autres pays, y compris dans le monde développé.

Related posts

Need Help? Chat with us